Deratisation Paris

 


Deratisation


Depuis la nuit des temps, le rat a infecté les populations humaines. Se nourrissant de ses déchets, on peut retrouver trace de sa présence dès le développement de grande cité abritant une population conséquente : rome antique, égypte ancienne, puis au Moyen Age... on rapporte des invasions massives de rats gris en 1727 et les historiens évoquent le fait que la population se soit nourrie de rats pendants le siège de Paris en 1870 et 1871.


Le rat, vecteur de maladies mais pas que


La raison pour laquelle le rat est considéré comme nuisible est qu'il est un hôte connu de nombreuses maladies, virus, bactéries ou parasites. L'épidémie la plus terrible qu'a connu l'Europe et qui a été largement répandue par le rat est la Peste Noire qui a sévi entre 1347 et 1352. Cette maladie est une zoonose, c'est à dire qu'elle touche indifféremment l'homme et le rat et peut être transmise de l'un à l'autre. Pendant cet épisode, la population du Royaume de France (alors une monarchie) chute de 41% !


Est-il donc nécessaire d'argumenter plus en avant pour prouver le caractère nuisible du rat ?


Outre la peste, le rat transmet la leptospirose par son urine, la streptobacillose par morsure, méningites, typhus, fièvre hémorragique...
Mais de par sa nature de rongeur, le rat crée également énormément de dégâts matériel. Ses dents sont très dures et il a un besoin physiologique de ronger tout et n'importe quoi pour raccourcir et aiguiser sa dentition. Il va donc grignoter tout ce qui est à hauteur causant des détériorations irréversibles : il s'attaque aux cables (électriques, téléphoniques, réseaux divers), aux murs, aux plaques de platre, aux matériaux isolants, aux canalisations. Les galeries et terriers qu'il creuse peuvent provoquer des affaissements et il est à l'origine de nombreux incendies domestiques.


Profitons-en pour rappeler que le rat est capable de mordre l'homme et peut effectuer jusqu'à 6 morsures par secondes ! En cas de morsure, consultez en urgence un médecin traitant ou un organisme de santé pour éliminer, au plus vite, tout risque d'infection.


Enfin, son caractère nuisible se ressent vraiment lorsqu'il commence à s'attaquer à nos réserves alimentaires...


L'alimentation du rat, cause première de sa présence


Le rat noir ou gris aussi appelé rat d'égouts est un omnivore opportuniste. Ce n'est pas un chasseur comme peuvent l'être le chien ou le chat, c'est un animal qui vit aux dépends des hommes. Il va privilégier les céréales ainsi que la viande mais peut très bien s'attaquer aux fruits ou autre nourriture comestible. Tout ce qui est bon pour nous l'est aussi pour lui. Une étude a été menée et a démontré que pour 1 grain mangé, il va souiller, avec ses excréments (il en produit plus de 25 000 par an) entre 10 et 15 grains. A Paris, on estime que les rats d'égouts ingèrent près de 800 tonnes d'ordures par jour !
Autant dire que c'est un ravageur que les agriculteurs et producteurs connaissent très bien.


Enfin, lors de sa quête de nourriture, il contamine les aliments près duquel il passe et il est à l'origine de nombreuses maladies très graves voire mortelles telles que des salmonelloses, toxoplasmose, bactérie E. Coli, intoxications alimentaires...


Tous concernés avec l'accent sur les professions de restauration


Les métiers de bouche sont en première ligne dans la lutte contre les rongeurs mais il faut comprendre que nous sommes tous concernés. En effet, leur prolifération a obligé l'Etat à faire passer des directives avec la circulaire du 9 août 1978, article 125.1 et 130.5 qui impose à tous, particuliers comme professionnels et collectivités, de se protéger contre les nuisibles en général et les rats en particulier.


Mais ce sont les établissements remettant des aliments directement à la clientèle (bars, restaurants, hôtels) qui sont le plus concernés par ce problème de Santé Publique : vis à vis des consommateurs tout d'abord parce qu'on ne peut pas jouer avec la santé des gens, des enfants, personnes âgées ou femmes enceintes mais aussi pour leur image de marque et pour leur chiffre d'affaire - une infestation de rats signifie la fuite de la clientèle pouvant aller jusqu'au dépôt de bilan ou à la fermeture administrative par les services d'hygiène.
D'un point de vue réglementaire, l'article 17 de l'arrêté ministériel du 09/05/95 exige pour ces établissements l'existence d'un plan d'action et de dératisation précis indiquant : les produits utilisés, les détails des locaux traités, l'emplacement des pièges, les fréquences d'interventions ainsi que les risques encourus suite à la mise en place des produits et pièges.


Au regard de tous ces éléments, il est absolument indispensable de faire appel à un professionnel agréé afin de s'assurer que son établissement respecte chacun des points de cette loi. Ce n'est que lorsque le professionnel sera parfaitement conforme aux normes HACCP et au Plan de Maîtrise Sanitaire qu'il pourra travailler en toute sérénité. Nous le répétons, ne vous mettez pas en tête d'éradiquer le problème du rat vous même, vous ne ferez que repousser l'échéance et prendre le risque d'une infestation plus grave (et plus couteuse).


La dératisation en elle-même


Tout d'abord il est important de comprendre qu'une invasion de rongeurs nuisibles prise à ses tout débuts peut facilement et rapidement être endiguée. Il est très facile de détecter la présence de ces rongeurs même si les individus ne sont jamais visibles : par les dégâts qu'ils causent et qui sont aisément reconnaissables, par leurs déjections nombreuses et tout aussi identifiables.


Un couple de rat peut, en 3 années seulement, engendrer une colonie de 20 millions d'individus !!!


Parmi l'arsenal anti rats que l'on peut mettre en place, outre les différents poisons et pièges à appâts qui vont être posés, il est important de s'assurer la participation d'un professionnel expérimenté. En effet lui seul pourra détecter les causes de l'invasion et mettre en place une protection adaptée afin de prévenir et stopper un nouvel assaut des rongeurs. Concrètement il convient d'étudier les lieux et les locaux, d'éliminer tous les lieux de refuge en supprimant tous les détritus, résidus quelconques (même végétaux), de supprimer tous les points d'accès (portes, fenêtres, aérations, regards d'égouts) soit en colmatant soit en posant des grilles adaptées (attention la dentition du rat lui permet d'attaquer le maillechort et l'aluminium !) puis de vérifier régulièrement que tous les dispositifs mis en place sont opérationnels.